Xavier Blanc, directeur des affaires juridiques et internationales de la Spedidam (société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes) explique à propos de l’Hadopi : <<C’est une curiosité qui ne fait que passer. C’est une machine lourde et inutile qui ne sert qu’à envoyer des courriers, rarement des sanctions. C’est surréaliste ! Pire, le résultat est à la fois dérisoire et intrusif. Il faut mettre un terme à cette absurdité>>.

Je pense que ça a le mérite d’être clair. Aurélie Filipetti prônait une abrogation pure et simple de cette “institution” <<totalement inutile et inefficace>>, mais aux dernières nouvelles, il ne serait plus question que d’une concertation avec toutes les instances concernées.

Alors, comment interpréter ce léger changement de direction  ? On peut espérer un abandon petit à petit de l’Hadopi au profit d’une licence globale qui, comme je le pense depuis longtemps, satisfera le plus grand nombre.

Il faudra alors se montrer pugnace pour mettre en place une structure digne de ce nom qui saura être capable de traiter et de redistribuer l’argent récupéré grâce à la mise en place de la licence globale.

Il faudra aussi se montrer intraitable avec l’Acta, le traité anti-contrefaçon totalement liberticide et ne surtout pas le ratifier.

En d’autres termes, est-ce que ce nouveau gouvernement saura se montrer à la hauteur des enjeux politico-économiques de cette guerre du numérique ?

Source : 01Net

Posted by Zébulon

Geek je suis devenu, Geek je reste... Passionné de nouvelles technologies et plus particulièrement de l'informatique mobile. Les gadgets restent pour moi, une tentation constante... Mais je tiens bon....... Ou pas ! Zeb' pour les Z'intimes...