Une journée maussade dans un petit bourg humide au fin fond de l’Irlande…
ou de la Grèce ou de l’Italie, ou de l’Espagne ou de la France…!

Il tombe une pluie battante et les rues sont désertées.
Les temps sont durs, le pays est très endetté, tout le monde vit à crédit.
Là-dessus arrive un touriste allemand, riche. Il arrête sa belle voiture
devant le seul hôtel de la ville et il entre.

Il pose un billet de 100 € sur le comptoir et demande à voir les
chambres disponibles afin d’en choisir une pour la nuit.
Le propriétaire de l’établissement lui donne les clés et lui dit
de choisir celle qui lui plaira.

Dès que le touriste a disparu dans l’escalier, l’hôtelier prend le
billet de 100 €, file chez le boucher voisin et règle la dette
qu’il a envers celui-ci.

Le boucher se rend immédiatement chez l’éleveur de porcs à qui il
doit 100 € et rembourse sa dette.

L’éleveur à son tour s’empresse de régler sa facture à la
coopérative agricole où il se ravitaille en aliments pour le bétail.

Le directeur de la coopérative se précipite au pub régler son ardoise.

Le barman, glisse le billet à la prostituée qui lui fournit ses
services à crédit déjà depuis un moment.

La fille, qui occupe à crédit les chambres de l’hôtel avec ses
clients, court acquitter sa facture chez l’hôtelier.

L’hôtelier pose le billet sur le comptoir là où le touriste l’avait
posé auparavant.

Là-dessus le touriste descend l’escalier, annonce qu’il ne trouve
pas les chambres à son goût, ramasse son billet et s’en va…

Personne n’a rien produit, personne n’a rien gagné, mais plus
personne n’est endetté et le futur semble beaucoup plus prometteur…

Il semblerait que ce système ne soit pas si loin de ce qui se fait entre états….

Source : Inconnue, texte reçu par mail, mais je trouve ce texte très savoureux…

Posted by Zébulon

Geek je suis devenu, Geek je reste... Passionné de nouvelles technologies et plus particulièrement de l'informatique mobile. Les gadgets restent pour moi, une tentation constante... Mais je tiens bon....... Ou pas ! Zeb' pour les Z'intimes...