L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir dénonce clairement l’engagement sur 24 mois mis systématiquement en avant par tous les opérateurs.

Le combat ne date pas d’hier, mais à la frontière de l’arrivée de Free en tant qu’opérateur mobile, l’association redouble d’efforts avec force témoignage pour demander l’interdiction pure et simple de ce type de forfaits.

Non seulement des témoins affirment être “lourdement” sollicités par leur opérateur pour se réengager pendant 24 mois (et c’est mon cas, Bouygues Télécom m’a appeler pour me vendre ce type de forfait et devant mon refus, après avoir insisté intensément, le service client m’a carrément raccroché au nez ! Bravo le numéro du service client !) mais en plus certains clients affirmeraient avoir été réengagés sans accord préalable !!!

01Net site quelques témoignages assez savoureux.

« Mon opérateur Orange m’a adressé ce matin un SMS ainsi rédigé : “Orange info : vous disposez de 20 min d’appels et de 20 sms par mois 24/7 tous opérateurs à partir du 11/09/2011. Votre abonnement est prolongé de 12 mois. Merci.” Pourtant je n’avais rien demandé, rien accordé par téléphone… Impossible de joindre le service clients d’Orange par téléphone (payant) le dimanche et le service de contact par e-mail est “momentanément indisponible”. » Jean- Philippe, Vitry le François.

« Un conseiller Bouygues Telecom m’a contacté en juin. Me remerciant de ma fidélité, il me propose une remise de 6 € sur mon abonnement. Je lui ai demandé quelle était la contrepartie et il me répond : aucune. Je lui repose la question  et même réponse, de ce fait je dis oui, étonnée. Deux mois plus tard, alors que j’envisage de changer d’opérateur, un conseiller me répond que je ne peux pas parce que je suis réengagée sur 24 mois… ceci lié à la réduction de 6 €. On me répond : vous aviez six jours après la réception de votre facture pour changer d’avis. Malheureusement je reçois les factures par e-mail et je ne prends pas le temps de les ouvrir… Depuis, j’ai réduit mon forfait. A ma grande surprise la réduction appliquée elle aussi a baissé et est maintenant de 5 €. » Magalie, Lieusaint.

« SFR m’a appelé plusieurs fois pour me proposer de nouvelles offres mobiles. Au bout d’un moment, je leur ai demandé de me faire parvenir leurs nouvelles offres par courrier que je puisse les montrer à mon fils. Je me suis aperçu le mois suivant que j’étais, à mon insu, réengagée pour une période de 24 mois avec de nouvelles options ! Je n’ai signé aucun nouveau contrat… » Madeleine, Tarascon.

Donc, encore une fois : méfiez-vous !

Je vous invite à lire le commentaire de Rashdan qui vous explique le recours à appliquer si vous avez été victime de ces abus.

Source : 01Net

Posted by Zébulon

Geek je suis devenu, Geek je reste... Passionné de nouvelles technologies et plus particulièrement de l'informatique mobile. Les gadgets restent pour moi, une tentation constante... Mais je tiens bon....... Ou pas ! Zeb' pour les Z'intimes...

4 Comments

  1. l’avantage de cette situation est que l’on peut facilement emmener l’opérateur au tribunal : changement dans le contrat sans avis de l’utilisateur, sans son accord signé.
    c’est du tout bon ! =o)
    il faut juste un peu de temps devant soi.

  2. on a pas ce temps 21 septembre 2011 at 12:31

    rapht ,c’est le temps la qu’on a pas.Pour éviter tout ça ,je ne modifie pour rien au monde mon forfait.

  3. Je ne comprends pas pourquoi dans tous les articles lus sur le sujet aucun ne parle de cette loi et surtout du recours ! C’est quand même pas rien de donner ce genre d’info vu l’importance de l’escroquerie ! Voici ce que j’ai trouvé sur un forum :

    “Ne vous inquiétez pas, contrairement à ce que vous ont dit les personnes au téléphone, vous êtes 100% dans votre droit, l’opérateur est 100% en tord, et le sais TRES BIEN.

    Un tel réengagement est COMPLETEMENT ILLEGAL ET ABUSIF. L’article L121-27 du Code de la consommation précise en effet qu’en cas de démarchage téléphonique, le client n’est engagé QUE PAR SA SIGNATURE. De plus, la DGCCRF, déjà saisie de nombreuses fois sur ce sujet, a CONFIRME qu’un tel appel de la part de l’opérateur pour proposer une offre était BIEN du démarchage téléphonique, et qu’il n’y avait PAS D’EXCEPTION pour le secteur de la téléphonie mobile. Enfin, les opérateurs savent TRES BIEN que ces pratiques sont illégales, vu le nombre de cas déjà rapporté et vu les interventions de la DGCCRF, qui, suite aux nombres de plainte des clients, a placé SFR et ORANGE sous SURVEILLANCE RENFORCEE.

    Le mieux à faire :
    1 – contactez la DGCCRF au 3939, pour raconter votre histoire. La phrase clef est : “REENGAGEMENT ABUSIF PAR DEMARCHAGE TELEPHONIQUE SANS SIGNATURE, en violation de l’article L121-27 du Code de la consommation”.
    2 – Réessayez l’appel téléphonique au service client, mais en suivant la procédure suivante :
    Commencez par noter le nom de la personne qui vous répond (faites-la répéter au besoin).
    Racontez votre histoire, et surtout prononcez bien la phrase clef : “REENGAGEMENT ABUSIF PAR DEMARCHAGE TELEPHONIQUE SANS SIGNATURE, en violation de l’article L121-27 du Code de la consommation”. Si la personne refuse toujours, indiquez que vous avez saisie la DGCCRF sur le sujet, et que le fait de continuer à refuser alors que vous avez cité la loi et que la personne n’a aucun contre argument pourra être vu devant la justice comme de la résistance abusive, voire comme de la pratique commerciale trompeuse (art. L121-1), et que donc vous serez amené à citer le nom de la personne (répétez-lui son nom que vous avez bien noté au départ) à la DGCCRF voire devant la justice si besoin est.
    3 – Si l’appel n’a pas suffit, faites un courrier en recommandé au service CONSOMMATEUR de l’opérateur. Vous trouverez un modèle dans le fil de discussion cité plus haut.

  4. Tu as entièrement raison, malheureusement, beaucoup de personnes ne savent absolument pas comment procéder et encore moins qu’ils en ont le droit.
    Ce billet a pour but, justement d’informer le plus de monde possible sur ces abus afin qu’ils soient capables de les contrer.
    Il vaut mieux prévenir que guérir.

Comments are closed.