Dans une interview aux Échos, Xavier Niel a affirmé que Free allait envoyer ce matin les avertissements Hadopi. Selon le dernier décret Hadopi publié au J.O. la semaine dernière, les FAI risquent 1500 euros par email non transmis. Un texte rédigé très rapidement à la demande de Nicolas Sarkzoy, pour faire plier les résistance de Free dans le relai des emails envoyés par la haute autorité.

C’est donc là une chaude nouvelle pour le ministre de la Culture et la Rue du Texel…immédiatement suivie d’une douche froide : « Nous contesterons ce nouveau décret, qui nous semble illégal ». La base de cette future procédure n’a pas été spécifiée par Free, qui pourra cependant s’appuyer sur l’absence de notification du texte à Bruxelles, comme l’exige pourtant le droit européen

Niel réaffirme la position strictement légaliste de Free, en ne se privant pas de gifler la concurrence au passage : « Contrairement aux autres FAI, nous appliquerons strictement la loi, mais seulement la loi. Notre position n’était ni marketing ni financière. Nous n’avons pas gagné un abonné en refusant de collaborer au-delà de ce que nous imposent les textes et nos relations avec l’autorité indépendante qu’est la Hadopi sont constructives ».

Sur les accords de l’Élysée, socle de la loi Hadopi, ce sont les majors qui prêtent cette fois la joue : « Le piratage, c’est la négation de la propriété d’autrui. Les créateurs doivent être rémunérés pour leur travail. En 2007, l’État a souhaité qu’au travers d’une concertation large il soit mis fin à ce pillage. Mais ce sont certaines majors qui ont très vite imposé leurs solutions, à l’encontre de l’intérêt des Français, mais aussi des créateurs » .

Enfin, sur Hadopi en général, les conclusions de Niel ne sont pas plus tendres : « Cette loi est une mauvaise loi qui ne résout rien, qui est très simplement contournable et qui ne tient pas compte de l’évolution de la forme que prend le piratage. Je pense qu’il faudrait revenir à l’intention première et avoir une véritable concertation avec l’ensemble des acteurs, et non pas un simulacre de discussion comme cela s’est passé. Nous n’avons pas eu d’échanges avec le ministère de la Culture sur l’indemnisation, qui est de droit ».

Source : pcinpact

Posted by jrey

One Comment

  1. Voilà au moins un gus qui parle bien ! 😆

    Je partage assez son analyse, nos barbons se sont imaginés qu’avec cette loi tout allait rentrer dans l’ordre ? Ben, je suis désolé de le dire, mais la seule chose que cela fera, c’est de changer les modes opératoires pour aller “faire ses courses”…
    Et comme nos vieux barbons ne savent même pas ce que ce c’est qu’Internet réellement, la loi sera toujours en décalage par rapport aux faits et aux techniques !
    Alors qu’une license globale pour l’accès à la musique numérique, ca, ca aurait été novateur !
    Mais je vois bien l’optique de nos majors… On aurait écouté beaucoup plus de musique, et on n’aurait peut-être pas continué à subir le catalogue de nos frileuses majors !

    Exemple typique (et merci les bornes “écoute” à la Fnac) : Le dernier Phil Collins, sorti à grand renfort de promo… On se dit, c’est du lourd ! Un gars comme lui qui fait son dernier album, faut aller écouter cela !!!

    J’ai déchanté à la FNAC où il était en écoute : Créativité ZÉRO, une vraie bouse ! Reprendre des standards de la Motown en nous disant “le son est le plus proche possible du son original”… Dans ce cas, je préfère prendre les originaux !

    Donc, album pas acheté ! C’est sûr qu’à côté de cela, vous avez des artistes quasi inconnus qui ont une réél talent (ex : Patty Varen) qui sont obligés de se battre pour qu’on les reconnaisse, produisant même leurs albums à compte d’auteur !

Comments are closed.