Une semaine après la date limite, la licence d’exploitation en Chine du géant du Web n’a pas été délivrée. Dans l’attente, le site peut être bloqué sans préavis.

Le renouvellement de licence d’exploitation en Chine pour Google, attendu le mardi 30 juin, n’est toujours pas arrivé. C’est ce qu’indique ce lundi Jessica Powell, une porte-parole de la firme. Le géant de Mountain View exploite donc actuellement son moteur de recherche chinois sans droit légal.

Eric Schmidt, PDG du moteur de recherche, cité par l’AFP, semble pourtant confiant : « Je veux être clair. Le gouvernement chinois a le droit arbitraire de fermer Google… Pour l’instant, il ne l’a pas fait ».

La licence de Google Maps en jeu

Afin d’atténuer la tension entre la compagnie et le gouvernement de Beijing, l’américain a pourtant cédé sur un point de désaccord important : la censure. Depuis le 30 juin, le portail chinois censuré Google.cn ne renvoie plus vers le portail hongkongais google.com.hk. Il propose désormais un simple lien pour ceux désirant l’utiliser.

Selon les experts, il s’agit d’un geste hautement symbolique auprès du gouvernement chinois, qui sent peut-être de la pression de la part de la population qui aimerait bien pouvoir continuer à utiliser les services du géant de l’Internet.

L’enjeu est immense pour Google, autant en termes de recherche que de cartographie. Mountain View voit un grand avenir à Google Maps dans ce pays de 400 millions d’internautes. Les services de cartographie doivent pourtant depuis peu obtenir une licence d’exploitation, héberger ses données dans le pays et masquer les zones sensibles.

Sans licence pour le moteur de recherche, les chances de Google Maps sont minimes. Mais les “efforts” de Google pour se plier aux demandes des autorités chinoises devraient plaider en sa faveur.

La décision de retourner les internautes vers l’ancienne colonie anglaise avait été jugée « inacceptable » par les responsables chinois. Aujourd’hui, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Qin Gang a réaffirmé la position de son pays dans cette affaire. « Je voudrais souligner que le gouvernement chinois encourage les entreprises étrangères d’opérer en Chine dans le cadre de la loi », a-t-il dit lors d’un point-presse régulier.
Il a aussi précisé ne pas être au courant de la nouvelle stratégie de Google.

Encore une fois c’est la République Populaire de Chine qui sort vainqueur d’un combat contre les libertés…

Source :  ZDNet

Posted by jrey