Depuis le début, on ne parle que des réseaux P2P, mais Hadopi ne s’arrêtera surement pas là.

En effet, Hadopi pourrait bien taper en plus sur le streaming, le téléchargement sur les newsgroups, ou sur les sites d’hébergement comme RapidShare.

Bref, partout où il y a (aurait ?) du piratage quelqu’en soit la forme, donc partout où il y a de l’argent à récupérer !

En fait, l’article L336-2 du code de la propriété intellectuelle permet aussi aux titulaires de droits de saisir le juge des référés pour qu’il ordonne “toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une telle atteinte à un droit d’auteur ou un droit voisin, à l’encontre de toute personne susceptible de contribuer à y remédier“.

De ce fait, la neutralité du net pourrait bien encore une fois être remise en cause étant donné qu’il faudra bien se donner les moyens techniques et légaux pour tracer les “mauvais” utilisateurs du net ; mais comme le Conseil Constitutionnel avait imposé (Hadopi 1) le passage par un juge pour obtenir les informations nécessaires à l’établissement de poursuites, on est en droit de se demander quelle confiance nous pourrons accorder à tout cela.

Encore une fois, Mobigeeks a toujours milité dans ce sens, la licence globale semble toujours être la meilleure solution !

Source : Numérama

Posted by Zébulon

Geek je suis devenu, Geek je reste... Passionné de nouvelles technologies et plus particulièrement de l'informatique mobile. Les gadgets restent pour moi, une tentation constante... Mais je tiens bon....... Ou pas ! Zeb' pour les Z'intimes...

One Comment

  1. Tout à fait !
    Par contre, question vaguement “technique” mais je ne vois pas comment ni un juge ni un ayant droit pourrait s’attaquer à un utilisateur qui pioche sur des sites de type RapidShare ou MegaUpload (entre autres) et encore moins en streaming ? C’est impossible : point de partage mais un téléchargement “aveugle” unilatéral, tandis que le streaming ne stocke aucune donnée sur l’ordinateur du pirate (à l’exception d’un cookie dépourvu de toute information personnelle). Je pense que les instigateurs d’Hadopi sont simplement victimes de leur forcing sur cette loi aberrante et dépourvue de toute intelligence car depuis son application il y a quelques mois, le piratage a diminué sur les réseaux dits “classiques” de P2P (youpi !)… mais a globalement augmenté avec le streaming et le téléchargement direct (oups !). Cette loi était idiote avant même sa sortie et l’entêtement du Gouvernement à vouloir l’adopter en vitesse l’était d’autant plus : seuls les débutants et naïfs qui téléchargent de façon “classique” se feront bêtement prendre (ils sont de moins en moins nombreux, heureusement) et les plus malins avaient déjà contournés le système de cette nouvelle loi avant qu’elle ne voit le jour.
    Ce qu’Hadopi a réussi à changer jusqu’à présent est donc uniquement les “habitudes” et méthodes de téléchargements illégaux, mais absolument pas leurs nombres, bien au contraire ! Sur ce coup, nos dirigeants semblent avoir eu le nez creux… malheureusement autant que leur hémisphère droit semble-t-il.
    A lire : Les Echos du 9 mars 2010 : La loi Hadopi sans effet sur le téléchargement
    Et aussi : Médias Libres du 19 mars 2010 : HADOPI ne sert à rien

Comments are closed.