Allez, on en rajoute encore un peu sur cette loi liberticide.

En effet, 01Net nous apprend que la SCPP hésite encore entre 2 sociétés pour repérer les infractions et doit donc faire une nouvelle demande à la CNIL.

C’est donc le mécanisme de repérage automatisé des actes de contrefaçon qui n’est pas encore prêt car ce n’est qu’une fois le contrat signé que la SCPP pourra se tourner vers la CNIL pour obtenir son autorisation de collecte des informations.

Sachant que la SCPP prévoit l’envoi de 50000 messages par jours, il vaut meixu que tout soit blindée.

Mais en résumé : ils n’ont toujours rien compris !

Plus de détail sur 01Net.

Posted by Zébulon

Geek je suis devenu, Geek je reste... Passionné de nouvelles technologies et plus particulièrement de l'informatique mobile. Les gadgets restent pour moi, une tentation constante... Mais je tiens bon....... Ou pas ! Zeb' pour les Z'intimes...

2 Comments

  1. Les mêmes majors avides de profits phagocytent l’Etat a coups de lobbyisme, qui s’empresse de mettre en place une officine de délation publique gérée par une milice privée, au service d’interêts privés…avec des fonds publics. Une méthode de traque, de fichage et, n’ayons pas peur des mots, d’espionnage, que n’aurait pas reniée Vichy. Heureusement les promoteurs de l’HADOPI sont d’une ignorance crasse en terme d’informatique et de technologie,et même de droit constitutionnel, ce qui va limiter techniquement et juridiquement son action à des effets de manches.

    Mais les internautes a l’instar de leurs ordinateur ont une mémoire vive! Ils sont aussi des électeurs et des consommateurs ce que devraient se souvenir gouvernements et majors, car ils pourraient leur infliger une leçon d’histoire qu’ils n’oublieraient pas de sitôt.

  2. Alors là, voila qui a le mérite d’être clair, et je suis entièrement d’accord.

Comments are closed.