C’est officiel, Samsung lance Bada. Bada, ce n’est ni Windows Mobile, ni Android. Ce n’est pas Symbian non plus.
Non, Bada, c’est l’OS maison de chez Samsung.

J’entends déjà les vrais sceptiques annoncer pacorabannement que ça n’a pas d’avenir, que tout seul dans ton coin, ça ne marche pas… Etc.

Sauf qu’en matière de smartphone, on a déjà l’exemple d’un couple matos-OS unique qui ne marche pas si mal que ça.
De même, on rappellera que Samsung est déjà le second constructeur mondial de téléphone portable, et le numéro un dans pas mal de pays, notamment celui qui m’héberge et qui n’est pas foutu de se qualifier correctement pour une coupe du monde.

Bref, cette nouvelle m’offre l’opportunité de faire ce petit article qui présente un tour d’horizon de quelques OS “indépendant”…

Bada
Open source (Je pense que c’est désormais un passage obligé), il est conçut pour offrir un écosystème maintenant bien rôdé où les développeurs externes enrichissent un market ou store.
Orienté services web (tiens donc), il devrait embarqué le pack services obligatoires aux smartphones “sociaux”, à savoir la liaison non stop avec Twitter, Facebook et toutes les stars du cloud social entertainment.

Prévu pour équiper des machines dès le premier semestre 2010, Samsung propose déjà un kit de développement pour les développeurs afin d’enrichier en amont sa base d’applications. Contrairement à d’autre qui attendent et ouvrent un service quasi vide !
Avec Winmo, Android et Bada, espérons que Samsung ne perdent pas de poid sur les trois marchés en s’éparpillant. Même si Bada ne semble vouer qu’à remplacer Symbian dans le catalogue Coréen.

Maemo
Maemo, c’est du Linux. Comme Android ? Heu oui et non. En fait, c’est vraiment du GNU/Linux, avec les couches similaires aux distributions qu’on trouve pour PC. GTK, –Qt bientôt-  X window, Debian et des logiciels GNU, on tient entre les mains une véritable machine au possibilité d’un ordinateur.
Installer un logiciel pourra se faire, par exemple, via l’intermédiaire d’apt-get !

Ce système d’exploitation est actuellement utilisé par le seul constructeur Nokia -premier constructeur mondial quand même- sur une machine impressionnante : le Nokia N900 !

Maemo

Maemo

Symbian
Issu d’un consortium de plusieurs constructeurs, il est appartient aujourd’hui à 100% à Nokia, à qui il appartient de le maintenir.
Killer -économiquement parlant- incontesté des téléphones de deuxième génération, il continue à équiper un grand nombre d’appareils de 3ème génération tout en restant d’une discrétion étonnante dans les médias non spécialisés.
Propulsant des Nokia, Lenovo, LG, Panasonic, Samsung, Sendo, Siemens, la série S60 se distingue par sa profusion. Nombres d’utilisateurs l’ayant eu entre les mains n’en ont aucun conscience.

Contrairement à la série UIQ, deuxième série la plus répandue chez les Symbian, qui fut l’OS de nombreux Sony Ericsson et Motorola. Elle fut d’ailleurs développée pour être utilisée avec un stylet dans sa version 2.

Symbian Symbian

BrewMP
On connaissait l’OS mobile d’un producteur d’OS d’ordinateur, l’OS d’un constructeur de téléphone. Voici BrewMP, l’OS d’un fondeur. Un fabricant de processeur : Qualcomm. Créateur du médiatiquement illustre Snapdragon, Qualcomm s’est fendu d’un OS, et le HTC Touch.B (B comme Brew, dis donc) devrait être la première machine à l’exécuter.

Dans un sens pourquoi pas. Ce processeur équipe des tas de machine, et une bonne communication Proco-OS pourrait faire des merveilles (suiver mon regard).

Posted by j0rdan

Hello, je suis j0rdan. Biographiquement parlant, je ne suis pas au top. Je peux juste dire que j'ai bossé dans le bas niveau de Windows CE, à l'époque même où j'ai eu mes premiers PDAs. Sous WinMo depuis maintenant 2003 (l'année, pas la version. Encore que si, l'année et la version), je me passionne pour tout ce qui est "connecté" et "mobile". Dont les smartphones et les netbooks !

2 Comments

  1. Bel article. Sinon il encore d’autre OS à base de Linux sur les téléphones Java.
    Sinon,

    Maemo, c’est du Linux. Comme Android ?

    Pour un point de vue développeur lambda, Androîd, c’est plus un Java 🙂

  2. @ StephBel:
    Tout à fait ! Il n’en reste pas moins que Maemo et Android partagent le même noyau : Linux.
    La différence étant que Google a développé (via Android, boite rachetée en 2005) tout ce qui constitue la couche intermédiaire Noyau – Application, et ce en java.
    Maemo, plutôt que de se voir développée l’ensemble de la couche intermédiaire, à repris les outil GNU existant, et à adapté une interface à un mobile.
    A l’exception de l’interface (et à mon avis d’un noyau adapté), le GNU/Linux Maemo est une distribution comme une autre. Donc vraiment dans l’esprit GNU, et d’un point de vue développeur, GTK/Qt plutôt que java.

Comments are closed.