“Bon appétit, Messieurs” s’exclamait Ruy Blas dans la pièce éponyme. Il s’agissait alors de critiquer les ministres se partageant outrageusement les biens du pays.

Quelques décennies plus tard, le contexte est différent. Les ministres d’aujourd’hui ne se gavent plus tout seuls, ils ont appris à partager. Avec les ayants droits, indignes descendants des squatteurs de cour du roi.

Le premier volet d’HADOPI s’était fait tirer les oreilles par le conseil constitutionnel. Il s’agissait là d’un dernier coup d’éclat des “sages”, autrefois eux aussi avachis sur la trône de l’Elysée. Si certains voyaient en eux une lueur d’espoir dans le “combat” contre l’injuste HADOPI II, ce dernier vient de rendre son verdict : Constitutionnelle.

La loi est constitutionnelle. Donc validée. La prochaine étape est la rédaction du décret d’application, qui marquera le début de l’ère de la présomption de culpabilité. L’exception culturelle française sera donc grassement financée par les recettes d’une loi injuste et aberrante.

Posted by j0rdan

Hello, je suis j0rdan. Biographiquement parlant, je ne suis pas au top. Je peux juste dire que j'ai bossé dans le bas niveau de Windows CE, à l'époque même où j'ai eu mes premiers PDAs. Sous WinMo depuis maintenant 2003 (l'année, pas la version. Encore que si, l'année et la version), je me passionne pour tout ce qui est "connecté" et "mobile". Dont les smartphones et les netbooks !

5 Comments

  1. Sinon, vous pouvez participer au boycott général contre les produits culturels émanant des voleurs renommés, et vous pencher vers les artistes qui proposent directement leurs oeuvres sur Internet, à des prix plus attractifs ou même gratuitement!

  2. Bien qu’étant complètement d’accord avec le boycott, se tourner vers des artistes publiant sous licence libre (par exemple) ne rêgle pas les problèmes de fond que sont :
    – l’obligation d’utiliser Windows (pour installer “l’outil qui prouve l’absence de défaut de sécurisation”)
    – le risque de voir son IP aléatoirement injectée dans un paquet torrent sans jamais avoir télécharger quoique ce soit.
    – le “squatte” illégal de sa ligne par un voisin.

  3. Pour la connexion internet, tu peux la protéger en plaçant une adresse Mack, ca dissuade. Moi je débranche la box chaque fois que je ne suis pas chez moi, ca complique le surf pour les pirates. Je pense que je désactiverais le wifi..

    Pour l’obligation d’utiliser Windows, tu peux contester en signifiant clairement que tu utilise Linux ou Mac par exemple. Mais toutefois, il me semble que l’idée du logiciel espion a été abandonnée dans le projet de loi Hadopi 2… A voir…

    Pour l’utilisation illégale de ton adresse IP, c’est sûr que tu pourras rien y faire… Mais bon, quand ils auront coupé l’accès au net de tous les internautes et toutes les entreprises, on verra comment ils réagiront…

    Je pense qu’ils couperont des connexions pour donner l’exemple, mais après ? Si on conteste, ils ne pourront rien faire de plus…

  4. Certes,

    On reste donc bien d’accord que ces manipulations ne sont absolument pas prévues par le contrat qui te lie à ton FAI.

    De même, il s’agit donc d’une injustice envers les gens incapables de mettre en place ces actions.

  5. De toutes façons, les pirates auront toujours un métro, que dis-je, un train d’avance sur les gouvernements.
    Quand est-ce qu’ils comprendront que le seul moyen de “lutter” efficacement est de mettre en place la licence globale.
    Les vrais artistes gagnent de l’argent en faisant des concerts, par en vendant des disques ; ventes qui ne font qu’engrosser encore et encore les majors.

Comments are closed.