En complément de l’article de Zébulon, sur Windows Mobile 6.5 :
Il y a comme un vieil OS ?

Il y a comme un vieil OS ?

Ne riez pas, c’est vrai. Avec la version six et demi de l’OS de Redmond, nous verrons apparaître dans les rayons de l’opérateur au carré rouge les Windows Phones.

Evidemment, ça n’a rien de nouveau pour qui s’intéresse un tant soit peu à l’actu “IT”, mais il vrai qu’avec Nokia qui refuse de mourir, RIM qui place insolemment son Blackberry dans toutes les poches des dirigeants, et Apple qui transforme un iPod Touch en or en lui calant une carte sim 3G, MicroSoft se voit régulièrement usurper des parts d’un marché qui commençait à peine à devenir juteux.

La firme a donc décidé de réagir. Car globalement, de quoi manquent t’ils chez les windowsiens ?

Le matos ?

HTC, Sony Ericsson et Samsung, pour ne citer qu’eux, fournissent largement de quoi plaire à tous. L’OS ? Le vieillot Windows 6.1 (dont l’ergonomie n’a pas tant changé depuis 2003) se voit sérieusement rafraîchir pour sa nouvelle mouture (6.5) et d’après les professionnels (et les utilisateurs de roms non officielles) devrait offrir une expérience tactile enfin sérieuse et “user-friendly”.

Alors quoi ? L’Apple/Nokia/RIM-store-like ?

Aussi. D’ailleurs, en octobre, MS ouvre le Windows-Market-Place. Inutile de préciser le concept. Si jamais vous ne voyez vraiment pas le principe, abordez le premier iPhone user qui traine dans le coin, et demandez lui où il va chercher ses applications gratuites.

Non, le problème de MS, c’est l’image. Autant 80% de la population reste convaincue qu’un PC sans Windows est aussi utile qu’un cendrier sur une table du restau “Chez Evin”, autant Windows sur un téléphone, ça paraît curieux. On note d’ailleurs qu’Apple a renommé son système Mac en iPhone OS, de manière à ne pas créer de confusion.

Quoiqu’il en soit, fini les pocketPC, les “WinMO” et autres smartphones Windows, et place aux Windows Phones ! Bref, rien de bien nouveau sous les tropiques, à part un joli p’tit nom pour regrouper toutes ces belles machines que sont les Xpéria, Touch Pro 2 et Omnia.

Curieusement, et même si le ton peut laisser penser le contraire, je dirais que l’idée n’est pas si mauvaise. Après tout, voir s’affronter Apple, Google et MS sur un même secteur et avec la même visibilité, ça ne peut pas être pire que maintenant pour le consommateur ! Alors si en plus Palm renait de ses cendres et continue sur la lancée du Pre, que demande le iPeuple ?

NB : Il est intéressant de noter que si Windows Mobile 6.1 est “en perte de vitesse” au niveau des parts de marché, c’est surtout que les “nouveaux” (Apple, RIM) ont contribué à l’augmentation significative du volume de smartphones vendus.

Néanmoins, il reste encore pas mal de gens souhaitant s’équiper, et la “marque” Windows, avec la sortie de Seven, pourrait être un pari gagnant. Je n’irais pas jusqu’à parler d’un succès, mais d’une place plus importante qu’à l’heure actuelle.

Posted by j0rdan

Hello, je suis j0rdan. Biographiquement parlant, je ne suis pas au top. Je peux juste dire que j'ai bossé dans le bas niveau de Windows CE, à l'époque même où j'ai eu mes premiers PDAs. Sous WinMo depuis maintenant 2003 (l'année, pas la version. Encore que si, l'année et la version), je me passionne pour tout ce qui est "connecté" et "mobile". Dont les smartphones et les netbooks !

2 Comments

  1. Je vous cite “NOKIA qui refuse de mourir”. Pourriez-vous argumenter votre assertion s’il vous plaît ?

  2. Bien sûr. Pour faire court, cette phrase est à prendre dans un sens flatteur pour le constructeur finlandais. En effet, bien qu’étant parfois en léger retard sur les nouveautés -tout tactile par exemple- et en restant somme toute moins « bling bling » que la concurrence, Nokia fait toujours l’actualité avec des appareils souvent d’excellente facture. Il me tarde d’ailleurs de voir le N900.
    L’assertion “Refuse de mourir” est plutôt, dans mon esprit, une image représentant Nokia le village gaulois (petit européen) résistant encore et toujours à l’envahisseur romain (américain). Donc je voyais bien un MS s’impatienter de voir trébucher ce trouble fête.

Comments are closed.